60CAR_Réhabilitation et rénovation de l’ancienne chapelle du Couvent des Carmes à Senlis pour la création de logements

Contexte : Senlis (60)
Maître d’ouvrage : Privée
Surface : 530 m2 SDP
Budget des travaux : 1 500 000 € HT
Calendrier : Janvier 2019
Mission : Esquisse
_______

Dispositions particulières : Édifice inscrit autre titre des monuments historiques

_______

Croquis d’ambiance : Dressés en collaboration avec Pierre Emery

Située à la lisière du centre historique de la ville de Senlis, cette ancienne chapelle datant du XIVeme est à l’abandon depuis de nombreuses décennies. Sa dernière affectation à partir de 1873 – 1874 semble être un dépôt de munition, annexe des régiments de cavalerie installés alors dans la région (6eme régiment de Cuirrassiers, puis 2eme régiment de Hussards).

Cet édifice, ayant connu différentes modifications et remaniements malheureux au fil des années reste cependant un très bon exemple de la transition entre gothique rayonnant et flamboyant de la région, avec de nombreux éléments architectoniques remarquables, dont quelques traces de polychromie encore visibles : « De cette époque ne subsiste que l’église, construite au 14e siècle, mais remaniée au 16e siècle et entresolée au début du 19e siècle. Intéressants chapiteaux, culs de lampe et clefs de voûte 14e-16e siècle. Le couvent, acquis par les Carmes en 1641, est rebâti au 17e siècle presque intégralement. Il en reste un grand bâtiment d’habitation et les vestiges de la galerie ouest du cloître. Vendu comme bien national, il est converti en quartier de cavaleries en 1855 et subit alors d’importantes transformations : destruction du cloître, remaniements du grand bâtiment, construction d’écuries. L’ensemble a été cédé au ministère de la Guerre en 1874. » Base Mérimée.

En décembre 2018, l’atelier est mandaté par le nouveau propriétaire des lieux pour réaliser un projet d’esquisse pour la création de 4 logements, programme alors support d’une nouvelle rentabilité allant permettre la rénovation complète des lieux attendue depuis tant d’années.

Notre intervention se veut donc protectrice et conservatoire tout en s’alliant à un projet foncièrement contemporain. Pour atteindre cette ligne directrice,  différentes stratégies sont proposées :

  Intervention contemporaine exclusivement en filière sèche – ossature bois – pour gérer notamment les problématiques structurelles et acoustiques du projet mais aussi limiter les nuisances potentielles en phase chantier sur l’existant restauré

  Création d’une  » boite dans la boîte  » avec conception d’un bandeau acoustique pour séparer les logements niveau haut/niveau bas et indépendant structurellement de l’enveloppe existante

  Toutes les pièces humides sont radicalement regroupées au centre du volume actuel, de façon à minimiser l’impact sur l’existant

  Recherche d’une compacité des espaces et des usages en accord avec les problématiques environnementales et écologiques de notre époque (chauffage, entretien, ventilation etc.)

Une nouvelle destination conciliant restauration et modernité, révélatrice de l’exception patrimoniale et artistique des lieux.